Pratique de la communication bienveillante

"PARLER AUX ENFANTS POUR  QU'ILS ECOUTENT , ET ECOUTER POUR QU'ILS PARLENT !"

Suite à une récente formation de 3 journées traitant la bientraitance envers les enfants,j 'ai découvert une nouvelle méthode de communication .

Un grand merci à Anne Le Piniec, extraordinaire formatrice en communication bienveillante .....

" La Communication non violente (CNV) ou communication bienveillante est une méthode visant à créer entre les êtres humains ,des relations fondées sur l’empathie, la compassion, la coopération harmonieuse et le respect de soi et des autres."

 Les concepts et les techniques de la Communication non violente ont été mis au point, au milieu des années 1960, par Marshall B. Rosenberg, docteur en psychologie clinique.

Cette technique de communication permet d’identifier les sentiments qui nous envahissent et parfois même nous submergent.

C’est communiquer vers l'autre d'une manière qui favorise la compréhension et l'acceptation d'un message (face à un enfant qui fait une colère ou qui a du chagrin par exemple.)

 La Communication non violente repose sur 2 prémisses :

 1-Tous les êtres humains ont des besoins fondamentaux semblables (besoins physiologiques, sociaux et spirituels)

2-Chacun est naturellement capable d’accéder à un état de compassion et de montrer de la bienveillance à l’égard de ses propres besoins et de ceux de ses semblables.

De ces prémisses, découle le modèle de communication de cette méthode :

 1- Observer un comportement concret qui affecte son bien-être (en mettant de côté nos jugements et nos évaluations)

 2- S’exprimer  par un sentiment ,une émotion (en le différenciant de nos interprétations et de nos jugements).

3- Cerner les besoins ou valeurs qui ont éveillé ce sentiment.                     

4- Demander à l'autre des actions concrètes qui contribueront à notre bien-être (présentées de façon positive, concrète et réalisable) 

 

  Bonhomme osbd svg

CONCRETEMENT , POUR LES PLUS PETITS :

Dans de nombreuses situations de la vie quotidienne , pour me faire entendre ou pour accueillir les émotions de l’enfant, j 'utilise la communication bienveillante.

Cette méthode de communication évite le recours à la punition, elle favorise l’image positive de l’enfant .

En tant que parent et professionnelle de la petite enfance , je dois me respecter, c 'est essentiel. Je suis  donc à l'écoute de mes sentiments, de mes propres besoins et de ce fait, j’accueille avec bienveillance les sentiments et les besoins des enfants tout en leur posant des limites.

Si je suis à l’écoute de mes besoins, je serai à l’écoute des besoins des enfants.

L'enfant a des besoins pour se construire tel que la sécurité, l'affection,  l'estime de lui (confiance en lui ), l'écoute. Il a besoin de repères ,de relations , d'un cadre (autorité ), de stabilité .....

Je développe l’écoute empathique en aidant l 'enfant à traverser ses émotions.

Le jeune enfant a du mal à exprimer ses émotions, ses ressentis et c'est normal. Il les exprime donc de différentes façons ( il crie, il tape , il mord, il se roule par terre (colère, frustration, jalousie ....)

Le rôle de la communication bienveillante est d'entrer en empathie avec l'enfant pour le calmer plutôt que le gronder, communiquer en l'aidant à mettre des mots sur ses émotions.

 

 POUR CELA ,IL EST NECESSAIRE DE PARLER DE SOI ET NON SUR LUI  !

Voici quelques exemples:

 Au lieu de dire
« Tu m’énerves, arrête de taper Téo ou tu seras privé de dessert »

 On prefèrera dire :

 « Quand JE te vois taper Téo (observation), JE me sens énervé (émotion, ressenti), tu peux être en colère contre ton frère (besoin), si tu veux taper, JE te demande de le faire sur le coussin de colère (demande, actes)…

 Etre dans l’accueil de la situation en évitant, les menaces, la culpabilisation, les injonctions et les disqualifications.

 

 Un enfant exprime une colère devant un présentoir de bombons car, sa maman refuse de lui en acheter.

 « JE vois bien que tu n’es pas content, tu es fâché, en colère (observation), mais moi quand JE te vois comme ça, JE suis excédé, fatigué (ressenti), et J’ai besoin que tu restes tranquille dans le magasin le temps que je paie (besoin). Cet après midi, si tu as envie, tu pourras  manger des chocolats que tu aimes bien (actes).

 

Au lieu de dire:

"tu es méchant , tu ne dois pas arracher le jouet des mains de ton copain !"

On préfèrera dire:

"JE vois bien que tu aimes bien jouer avec ce jouet (observation) , mais JE ne veux pas que tu prennes le jouet des mains de ton copain , JE ne suis pas contente (ressenti) , et J'AI besoin de vous voir jouer dans le calme (besoin).Penses tu pouvoir jouer avec lui ?(demande)

L 'enfant se sentira valorisé car écouté , et il coopérera plus facilement.

 

 

 

 

 

 

×